Sant Quirc de Durro

L’ermitage de Sant Quirc se situe dans un cadre privilégié, dans la montagne de Durro, à une altitude de 1500 mètres. Son emplacement n’est pas un hasard, il s’agit plutôt d’une marque territoriale liée à l’espace social travaillé par la communauté et à la tradition d’origine païenne des fêtes de «correr fallas» (descentes aux torches) vouées au culte solaire.

C’est un édifice du XIIe siècle, de dimensions réduites et présentant des apports baroques.

Nous apprécions en son intérieur la cohabitation harmonieuse de différentes périodes artistiques, avec la copie du frontal de l'autel roman, l’image de style gothique de San Quirc et de Santa Julita, et le retable baroque.

 

More info

L'ermitage de San Quirc est situé dans la montagne de Durro, à environ 1.500 mètres d'altitude.

Histoire

Aucun document original de l'époque ne fait référence à cet petit ermitage construit sur la montagne de Durro.

Les ermitages constituent une marque territoriale liée a l'espace social travaillé par la communauté. Sa fonction était de protéger les pâturages de haute montagne et les forets qui l'entourent.

L'emplacement de l'ermitage de San Quirc de Durro coïncide avec l'emplacement del "faro"("phare"), qui est le point de départ de la descente des " falles".

La tradition de courir "falles" est d'origine païenne, elle marquait le solstice d'été et avait pour fonction de purifier les pâturages et d'éloigner les mauvais esprits. Avec l'avènement du christianisme, cette tradition fut adaptée au culte des saints et ceux-ci devinrent les protecteurs du territoire.

Tous les villages de la vallée avaient leur su ermitage: Sant Salvador de Barruera, Sant Cristófol d'Erill la Vall, Sant Pere de Boí, San Quirc de Taüll. L'ermitage de San Quirc de Durro est le seul à faire partie de l'ensemble classé au  patrimoine mondial.

Architecture

L'ermitage  de San Quirc est d'une seule nef couverte d'une voûte en berceau légèrement brisée, ajoutée à un moment ultérieur au roman, et avec une abside semi-circulaire à l'est. L'accès au temple s'ouvre sur la façade sud avec un simple arc en plein cintre sans ornementation. Le clocher-mur, correspondent à une étape de construction ultérieure, se dresse sur le mur ouest.

Regardons-là à l'extérieur

Sur la porte d'entrée, les voûtes de l'arc sont en pierre calcaire, d'où leur couleur singulière brun. La typologie de ses murs et pierres de taille ressemble beaucoup  à ceux du porche de l'église de la Nativitat de Durro.

Dans l'abside centrale il y a la seule fenêtre qui permettait l'entrée de la lumière dans le temple.

Au chevet, sous la toiture, il y a un petit œil de bœuf.

Regardons-la de l'intérieur et decoration

L'intérieur de l'ermitage de San Quirc de Durro a été assez transformé au cours des siècles: à la construction originale s'est ajoutée la voûte en berceau, les murs ont été crépis et peints, la tribune installée et le presbytère décoré d'un retable baroque. Présidant ce retable, nous trouvons l'image de style gothique de San Quirc et Santa Julita.

Le frontal roman provenant de l'ermitage de San Quirc est conservé dans le Museu Nacional d' Art de Catalunya, à l'intérieur de l'édifice on peut voir une reproduction.

Ce frontal, réalisé en bois et peint avec la technique de la détrempe, est dédié aux saints patrons de l'ermitage: Sant Quirc et Santa Julita ,raconte avec  beaucoup de cruauté, le martyre qu'ils ont subi.

Il est composé d'une scène centrale et quatre registres latéraux, le tout entouré  d'un encadrement orné de motifs géométriques et végétaux. La composition symétrique est perçue aussi bien dans les formes que dans les couleurs, dont les rouges, verts et ocres prennent une place particulière.

Au centre, Santa Julita avec son fils San Quirc sur les genoux, à l'instar des figures de la Vierge et l'Enfant. Les deux personnages sont dans une mandorle où leurs noms sont inscrits.

Les compartiments latéraux montrent plusieurs épisodes des martyrs, dans certaines scènes il est difficile de discerner si le martyr est Santa Julita ou San Quirc. Il semble que la représentation du martyre prenne plus importance que l' identification du saint.

 

Chronologie

XIIe siècle : Première période de construction

XVIIe - XVIIIe siècles :  ntégration de la voûte de la nef et du clocher à jour

1996 : Restauration

Plan et plan en élévation