Santa Eulàlia d'Erill la Vall

À Santa Eulàlia, nous trouvons l’un des plus beaux clochers de la vallée, une haute tour au plan carré de six étages avec la décoration typique du style roman lombard : les arcatures aveugles et les frises dentelées.

Aligné avec ceux de Sant Joan de Boí et de Sant Climent de Taüll, son clocher remplissait une fonction de communication et de surveillance du territoire.

À l’intérieur de l’église, on peut voir une copie du groupe sculptural de la Descente de croix, le seul qui subsiste de l’Atelier d’Erill. Les originaux sont répartis entre deux musées : le Musée National d’Art de Catalogne et le Musée Épiscopal de Vic.

Chronologie

XIe siècle
Première période de construction.

XII siècle
Extension de la nef, et construction du clocher et du porche.

Chute accidentelle de la voûte et façades. Reconstruction.

Années 60
Restauration du clocher.

1994-1997
Fouilles archéologiques et restauration.

Visite virtuelle

En savoir plus

Histoire

La première nouvelle faisant référence au village d’Erill la Vall remonte à 1064, lorsque les Comtes del Pallars Sobirà vendirent le village et ses terres aux Comtes del Pallars Jussà, possessions qui comprenaient l’église de Santa Eulàlia.

Le toponyme Erill est lié à la famille féodale des Erill. Ils étaient originaires d’Erillcastell, un village inhabité qui appartient à la commune de Pont de Suert.

Les formes de l’architecture

La structure que nous pouvons voir aujourd’hui de l’église d’Erill la Vall est le résultat de différentes phases de construction.

Elle se présente actuellement sous la forme d’une seule et très longue nef qui culmine dans trois absides semi-circulaires en forme de trèfle. Le toit du temple est à double versant et possède une charpente en bois qui repose sur les murs des nefs.

Le processus de construction de l’église de Santa Eulàlia à Erill la Vall est très complexe. Des études archéologiques et de restauration ont révélé des éléments architecturaux de différentes périodes. Ainsi, on sait que l’église de Santa Eulàlia est le résultat de quatre phases de construction réalisées entre les XIe et XIIe siècles.

Phase 1. L’église du XIe siècle avait une seule nef, plus petite que celle d’aujourd’hui, et était couverte d’une charpente en bois. L’accès au temple se faisait par une porte sur le mur ouest.

Phase 2. Plus tard, les nefs ont été agrandies pour créer un espace plus grand. La porte d’entrée du temple était construite sur le mur nord. Les fonts baptismaux datent également de cette phase.

Phase 3. Dans cette phase, le toit des nefs a été modifié par une voûte en berceau, ce qui a impliqué la construction de cinq arcs sur des piliers pour supporter le poids du toit.

Phase 4. Au cours de la dernière phase de construction, le clocher a été surélevé et le porche a été construit sur la façade nord de l’église.

La voûte en berceau romane qui couvrait à l’origine l’église s’effondra a une époque indéterminée. La chute de la voûte a affecté le mur sud et une partie de la façade ouest.

Regardons-la de l’extérieur

Le clocher de l’église de Santa Eulàlia d’Erill la Vall est visible de tous les coins du village, des villages voisins et d’autres parties de la vallée. Il s’agit d’une tour ouverte avec une base carrée et une hauteur de six niveaux. Il suit le modèle des autres clochers de la vallée, comme celui de Taüll, bien que la technique utilisée à Santa Eulàlia soit plus raffinée.

Le premier étage du clocher est doté d’une simple fenêtre en arc de plein cintre ouverte sur le côté nord ; les autres niveaux partagent la même disposition : des fenêtres doubles ou jumelées sur les quatre côtés de la tour. Les étages sont délimités par un ensemble d’arcatures aveugles, au sommet desquels se trouve un décor en dents de scie ; sur les côtés des fenêtres, on trouve deux bandes verticales, une de chaque côté, appelées lésènes angulaires.

D’un point de vue religieux, la tour était l’élément architectural qui s’élevait symboliquement vers le ciel. Mais leur fonction sociale était également fondamentale : elles étaient des éléments de surveillance et de communication.

Au Moyen Âge, les clochers de Sant Joan de Boí et de Sant Climent de Taüll étaient visibles depuis la tour de Santa Eulàlia. Les trois tours sont alignées pour faciliter la communication entre les trois villages.

Le porche

L’entrée et la sortie de l’église ont toujours été un point de rencontre important pour la population, c’est pourquoi l’une des fonctions du porche était de protéger l’entrée de l’église des intempéries. Mais cet élément avait aussi une autre fonction symbolique : il était l’espace de transition entre la vie quotidienne et l’entrée de la maison de Dieu.

C’est au niveau de la porte, à l’intérieur de l’arc de plein cintre, que l’on peut encore voir les restes de la peinture murale rouge. À l’intérieur de l’arc, on peut également voir la décoration en forme de serpent incisée dans le mortier.

Le verrou médiéval

À la porte d’entrée de l’église se trouve un verrou médiéval en fer forgé semblable à ceux que l’on trouve dans d’autres églises de la vallée. Si nous regardons l’extrémité de la barre, nous pouvons voir un visage géométrique.

Regardons-la de l’intérieur

L’ensemble de la Descente de croix

À l’intérieur de l’église de Santa Eulàlia, il est possible de voir une reproduction de l’ensemble de la Descente de croix. L’original est actuellement conservé dans deux musées : le Musée Épiscopal de Vic et le Musée National d’Art de Catalogne. Cette Descente de croix est la seule de toutes celles connues de l’atelier d’Erill qui ait été conservée dans son intégralité.

La Descente d’Erill la Vall est un ensemble de sept sculptures romanes du XIIe siècle, réalisées en bois de peuplier, à l’exception de la figure du Christ en noyer.

De gauche à droite, les personnages sont : Dimes (le bon larron), la Vierge Marie, Joseph d’Arimathie, le Christ, Nicodème, saint Jean, Gestes (le mauvais larron).

À l’origine, ils étaient tous peints, et on peut encore voir, sur les sculptures originales, des traces de polychromie sur le bras gauche du Christ et sur la tunique de saint Jean.

Dans ces sculptures sur bois, on remarque le traitement des vêtements, qui sont adaptés à l’anatomie des personnages : saint Jean et Marie portent des tuniques jusqu’aux pieds et un manteau sur eux. Joseph d’Arimathie et Nicodème portent des jupes descendant jusqu’aux cuisses, ajustées à la taille par une ceinture, et les larron Dimes et Gestes portent des bas courts près du corps.

Bien qu’il soit de style roman, l’ensemble sculptural de la Descente présente certaines caractéristiques qui montrent que nous entrons dans le style gothique : la figure principale n’est pas un Christ en majesté, triomphant, typique du style roman, mais le Christ mort pour l’humanité, plus proche des fidèles.

Architecture

De part et d’autre de la nef, les bases de quelques demi-colonnes ont été conservées, supportant des éléments de la voûte en berceau qui a été ajoutée à l’église au XIIe siècle pour remplacer le toit en bois d’origine.

L’espace de l’absidiole a été modifié au début du XXe siècle avec la construction d’une sacristie. Lors de la restauration des années 1990, l’abside a été réaménagée afin de rendre à l’église son plan d’origine.

Font roman

À l’intérieur de l’église, il y a des fonts baptismaux romans qui présentent la particularité d’être le seul conservé en Catalogne en œuvre, avec différentes pierres de taille en pierre, car la plupart sont d’une seule pièce.

Décoration romane

Si nous regardons le mur nord de l’église, nous pouvons voir que des fragments de décoration romane sont encore conservés, constitués de lignes de calcaire qui représentent les blocs de pierre au sommet du mortier. Cette décoration est connue sous le nom d’encerclement et nous permet d’avoir une décoration géométrique régulière de l’intérieur. Sur l’une des bases des colonnes à la base de la nef, les lignes des blocs sont peintes en rouge.

Santa Eulàlia, XVIIIe siècle

L’image originale de Santa Eulàlia du XVIIIe siècle est conservée sur un côté de l’abside. Les restaurations effectuées à la fin du XXe siècle ont permis de retrouver les couleurs d’origine qui avaient été cachées par les repeints ultérieurs. La sculpture présente les formes caractéristiques du style baroque, avec une abondance de plis et de volumes sur les vêtements qui donnent du mouvement à la figure.

Retables gothiques et baroques

À la base de la nef se trouve le chœur de l’église, un ajout ultérieur, où différentes oeuvres sont actuellement exposés, montrant l’évolution du mobilier liturgique.

  • Retable probablement dédié à saint Michel, fin du XVIe siècle.
  • Retable dédié à la Vierge du Rosaire, XVIIe siècle.
  • Retable inachevé, XVIIIe siècle .
  • Monument de la Semaine Sainte, XVIIIe siècle.

Galerie

19 de juin

Sant Climent de Taüll

FERMÉE

Le prochain 19 de juin Sant Climent de Taüll sera FERMÉE pour des tâches de mainenance du mapping de 11 à 17h.

Desolés pour le dérangement.