Nativitat de Durro

La monumentalité de l’église de la Nativité témoigne de l’importance du village de Durro au Moyen Âge. Les grandes proportions de la nef, du clocher, de la porte sculptée et du porche sont remarquables.

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, le temple roman a été remodelé à plusieurs reprises. Ces transformations ont donné à l’église de nouveaux espaces tels que les deux chapelles gothiques et la sacristie baroque.

À l’intérieur de l’église se trouve l’image romane de Nicodème, qui faisait à l’origine partie d’un groupe de la Descente de croix.

Chronologie

XIIe siècle
Première période de construction.

XVIe – XVIIe siècles
Ouverture des deux chapelles latérales.

XVIIIe siècle
Réformes dans le chevet et le porche.

1983
Restauration des toitures et élimination d’une chapelle.

1993
Restauration du clocher.

2000-2002
Dernière restauration.

Visite virtuelle

En savoir plus

Histoire

La situation du village de Durro, entouré de prairies, de pâturages de haute montagne et de forêts, a fait qu’au Moyen Âge, Durro était l’un des plus grands villages de la Vall de Boí, avec un certain pouvoir économique.

Cette prééminence économique est évidente lorsque l’on voit l’église de La Nativitat, l’une des plus grandes de la Vall de Boí.

La richesse de certains des retables baroques conservés à l’intérieur, comme le retable principal, montre qu’à une époque ultérieure, Durro pouvait encore se permettre de commander des œuvres de ce type.

Le village de Durro est mentionné pour la première fois dans la seconde moitié du XIe siècle dans des pactes féodaux entre les comtes de Pallars. Dans l’un d’entre eux, on raconte que le village de Durro appartenait au comte Ramon IV de Pallars Jussà et que, vers 1070, les habitants de Durro lui ont prêté serment d’allégeance.

En 1140, l’église de la Nativitat fait partie des dominations de l’évêché d’Urgell, comme c’est le cas de la plupart des églises de la Vall.

Les formes de l’architecture

L’architecture de l’église actuelle est le résultat de différentes périodes de construction, du XIIe siècle au XXe siècle.

Au XIIe siècle, la construction initiale était celle d’une église à nef unique à laquelle on a ajouté plus tard un grand porche sur la façade sud. Plus tard, l’église a été remodelée et a pris la forme d’un plan en croix, avec un transept couvert par l’abside principale et deux absidioles latérales. Enfin, durant cette période, l’espace de l’abside nord a été modifié pour accueillir le clocher.

C’est entre le XVIe et le XVIIIe siècle que les chapelles latérales ont été ajoutées. On a d’abord ajouté les deux chapelles gothiques du mur nord, recouvertes d’un voûtes d’arêtes. Plus tard, le bras sud du transept a été modifié pour le convertir en une chapelle latérale couverte avec un dôme et une lanterne, comme nous pouvons le voir aujourd’hui.

Pendant la période baroque, une quatrième chapelle latérale a été construite, qui s’ouvre sur les nefs, également sur la façade sud. Cet espace n’a pas survécu jusqu’à aujourd’hui car il a été démoli lors des premières interventions que l’église a subies au cours du XXe siècle, probablement parce qu’il occupait une partie de l’espace du porche. L’intérieur de l’église conserve encore l’arcade qui y menait.

La dernière grande transformation que l’église a subie à la fin de cette période a été l’élimination du chevet roman afin de construire une grande sacristie dans son espace.

Regardons-la de l’extérieur

L’église de la Nativitat de Durro présente des caractéristiques architecturales différentes de celles de la plupart des églises de la vallée : La monumentalité, les grandes pierres avec lesquelles la nef est construite, les éléments décoratifs qui courent le long des façades et le portail roman décoré. Des caractéristiques similaires ne peuvent être trouvées que dans l’église de l’Assumpció de Cóll.

La porte, couverte par un porche roman qui court d’un bout à l’autre de la façade, présente trois arcs de plein cintre, est décorée de deux archivoltes soutenues par quatre colonnes aux chapiteaux décorés. Une frise avec des motifs de damier marque l’ensemble et au-dessus du chrisme, situé en haut du portail, dans un cercle, se trouve le monogramme du Christ, composé des lettres X, P et S (trois lettres tirées du nom du Christ en grec). L’alpha et l’oméga sont ajoutés aux bords du X : Le Christ comme le commencement et la fin de toutes choses. Le cercle est inscrit à l’intérieur d’un carré, et quatre figures d’animaux sont représentées aux angles.

Les chapiteaux

Les chapiteaux sont décorés de reliefs de motifs végétaux et zoomorphes (sous forme d’animaux) qui rappellent le même modèle utilisé dans l’église de l’Assumpció de Cóll.

La Nativité de Durro est l’une des rares églises de la vallée à posséder des façades décorées : la partie supérieure des murs est ornée d’une frise d’arcatures aveugles sur toute la longueur de la nef et, au-dessus, d’une autre bordure formant de petits carrés semblables à un échiquier.

Le clocher

Le clocher est situé sur la façade nord. Il a une base carrée et a une hauteur de cinq étages. Cette tour a subi quelques modifications au cours du temps : l’étage supérieur, de plus petite hauteur, a été décapité, les fenêtres des deux étages inférieurs ont été murées et les fenêtres romanes des deux étages supérieurs ont été remplacées par des fenêtres gothiques, à arc brisé.

Dans le clocher, nous retrouvons les éléments ornementaux de l’art lombard : les arcatures aveugles et les frises dentelées.

Verrou médiévales

Comme dans d’autres églises de la vallée, la porte d’entrée de l’église est dotée de verrou médiévales. Dans ce cas, il convient de noter la plaque qui renforce la serrure, qui est décorée de bordures de motifs géométriques dont ressortent quatre structures qui nous rappellent la silhouette des châteaux médiévaux. Au centre, une figure humaine très schématique est assise au sommet de l’une des tours qui entourent le panneau. La scène est complétée par un élément végétal et deux animaux quadrupèdes qui rappellent les chevaux.

Cet ensemble de figures incisées rappelle une scène de cavalerie médiévale.

Le passage forgé est décoré de motifs géométriques et est coiffé sur le côté droit d’une tête d’animal.

Regardons-la de l’intérieur

Les changements dans la liturgie et l’évolution des goûts esthétiques ont fait que l’église s’est adaptée aux besoins et aux styles des différentes époques, tant au niveau de l’architecture que de la décoration. Ainsi, nous pouvons voir comment le toit de la nef centrale est couvert d’une voûte en berceau, tandis que les chapelles latérales sont couvertes de croisées d’ogives.

Il ne reste du chevet d’origine qu’une partie de l’absidiole située sur le côté sud du transept.

Au fil des siècles, la continuité du culte dans l’église de Durro a apporté à son intérieur un ensemble de biens que nous pouvons aujourd’hui considérer comme artistiques, mais qui, depuis leur création jusqu’à aujourd’hui, ont rempli une fonction religieuse et dévotionnelle qui a transcendé les styles et les époques, et qui combine harmonieusement des espaces et des objets créés à des périodes très différentes.

Sculpture romane de la Descente de croix

Au pied de la nef se trouve le chœur, où est conservée la pièce la plus singulière de l’église : la sculpture en bois d’un Nicodème, l’une des images qui faisaient partie de la Descente de croix de Durro. Réalisé par les artisans de l’atelier d’Erill à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, l’ensemble sculptural se trouvait probablement dans la zone du presbytère.

Nous ne connaissons que trois des sept sculptures qui faisaient partie de l’ensemble sculptural de la Descente de Durro, que nous imaginons très semblable à celle de la Descente d’Erill la Vall.

Nicodème (conservé dans l’église) : Il s’agit d’une sculpture sur bois qui se conserve en fragments. Nicodème est le personnage chargé de déclouer le Christ de la croix avec une tenaille qui n’a pas été conservée. L’image conserve des traces de polychromie.

La sculpture de Nicodème était cachée, emmurée, derrière le retable baroque de la Passion du XVIIIe siècle ; son existence n’était pas connue jusqu’en 2001, lorsqu’elle a été découverte lors du démantèlement du retable baroque.

La Vierge Marie (conservée au Musée National d’Art de Catalogne) : Il s’agit d’une sculpture en bois de tilleul, dont la quasi-totalité du corps a été conservée, à l’exception des mains et du bras gauche. À l’origine, elle aurait été entièrement peinte ; aujourd’hui, on peut encore voir des traces de polychromie sur la partie inférieure de la tunique.

Le Christ : Cette pièce, aujourd’hui disparue, est connue grâce à une photographie du début du XXe siècle où elle présente un très bon état de conservation. Entre le XVIIIe siècle et l’année 1936, le Christ roman a présidé au retable baroque de la Passion (que l’on peut voir dans une des chapelles de l’église). Pendant la guerre civile espagnole, l’image a disparu.

Banc du XIIe et XVIe siècle

L’église abrite également un banc en bois de style Renaissance, qui présente deux éléments très particuliers : les deux panneaux situés à gauche du dossier. Ces deux tables en bois de pin sont de l’époque romaine et faisaient à l’origine partie d’un autre meuble, un banc roman. Les deux panneaux sont décorés de motifs géométriques et végétaux. L’élément floral que l’on voit sur la partie inférieure du panneau gauche correspond au motif de la partie supérieure du second panneau, ce qui suggère qu’ils formaient à l’origine une seule table.

Le type de bois, la décoration, la technique de travail utilisée et la taille des deux tables réunies suggèrent qu’elles étaient le côté d’un banc roman comme celui trouvé à Sant Climent de Taüll.

Les fonts romans

À l’entrée, on conserve les fonts baptismaux d’origine romane. La structure en bois située au-dessus a été posée au XVIIIe siècle pour protéger l’eau. Il faisait aussi office d’armoire pour ranger les éléments liturgiques.

Autres biens meubles : les retables

Le reste des biens meubles conservés dans l’église date d’après l’époque romane.

Retable du Rosaire, 1621, dédié à la Vierge avec des scènes de sa vie à la prédelle : L’Annonciation, la Vierge donnant le Rosaire à saint Dominique et la Visitation.

Retable du saint Christ, 1732, consacré à la Passion. Le Christ en croix actuel a été réalisé par le sculpteur Josep Viladomat dans les années 1960. Il s’agissait d’un cadeau des conseillers d’Andorre à l’évêque Ramon, fils de Durro, qui l’a offert à l’église pour compléter le retable de la Passion.

Retable de Sant Antoni, XVIIIe siècle, en haut se trouvent saint Antoine l’Abbé et en bas saint Antoine de Padoue.

Retable principal, 1755, est le dernier retable réalisé pour l’église. Dans la partie inférieure, nous trouvons les 4 vierges martyres avec leurs attributs : sainte Agathe, sainte Barbara, sainte Lucie et peut-être sainte Engrâce. Pendant la guerre civile, le retable a été endommagé et les figures actuelles sont donc modernes. Ils représentent le double chœur sacré, Marie et l’Enfant Jésus, à gauche saint Joseph et à droite saint Joachim et sainte Anne.

Galerie

19 de juin

Sant Climent de Taüll

FERMÉE

Le prochain 19 de juin Sant Climent de Taüll sera FERMÉE pour des tâches de mainenance du mapping de 11 à 17h.

Desolés pour le dérangement.