Sant Joan de Boí

Sant Joan de Boí est l’église qui conserve le plus grand nombre d’éléments architecturaux de la première période de construction de la Vall de Boí au XIe siècle.

A Sant Joan de Boí, de plan basilical (comme à Sant Climent et Santa Maria), on remarquera l’ensemble de peintures murales qui décorent l’intérieur des nefs avec des scènes telles que La Lapidation de Saint Étienne, les Jongleurs ou le Bestiaire.

Lors de la dernière restauration, on a voulu donner à l’église un aspect le plus semblable possible à celui qu’elle devait avoir au XIIe siècle; à cet effet, l’intérieur fut recouvert de mortier et des copies de tous les fragments de peinture murale conservés actuellement au MNAC furent réalisées.

C’est ici que l’on peut le mieux comprendre quelle fonction exerçait les peintures et quel était l’aspect original de ces églises.

More info

Historia

La municipalité de La Vall de Boí prend le nom du village de Boí, ce ville était une des plus importantes de la vallée à l'époque médiévale. C'est le seul dont nous avons la preuve qu'il était fortifié, car des vestiges de la muraille et des tours de guet ont été conservés.

La première référence écrite du village de Boí date de 1064, est mentionné  comme "ipsa isla de Bogin" avec d' autres villages de la vallée dans de pactes de vente et échange de plusieurs biens (posesiones) entre les comtes de Pallars Jussà et les comtes du Pallars Sobirà.

Depuis le Moyen Âge et jusqu'au bien avancé le XVIIIe siècle, las paroisses de la Vall de Boí disposait d'une ecclésiastique autonome basée sur les "conrectorias". Cette autonomie était favorisée par l'éloignement du siège épiscopal, et fondée sur la répartition des tâches et les revenus de chaque paroisse entre plusieurs "conrectores" qui devaient être originaires de la vallée. Ses réunions se tenaient au sanctuaire de Caldes de Boí.

Architecture

San Joan de Boí est un édifice de plan basilical de trois nefs séparées par des arcs en plein cintre reposant sur des colonnes et des piliers massifs de faible hauteur. Les nefs sont couvertes d' une charpente  en  bois a double versant et, à l'origine étaient couronnées par trois absides  semi-circulaires.

L'abside centrale a été demolie au cors du processus de réformes architecturales que l'église a subi pendant les  S. XVII et XVIII, actuellement seuls les arcss presbytéraux sont conservés.

Le clocher, de plan carré, a trois étages d'hauteur et est adossé au mur sud, près du chevet.

Regardons-là à l'exterieur

Les muros de l'église et la base du clocher sont construits en pierre de taille irrégulières, appartenant à la première période de construction de l'art roman, le XIe siècle.

Sur le mur sud sont conservés des enduits de mortier de chaux  et des joints blancs en suivant les pierres de taille.

La porte qui s'ouvre sur la façade nord était à l'origine protégée par un portique qui protégeait l'enduit et les peintures murales extérieures (il fut démoli à l'époque moderne).

Le clocher nous montre l'évolution constructive de l'église: la base, correspondant à la première période romane, les deux étages suivants datent du XIIe siècle, et le dernier étage est de facture moderne.

La décoration lombarde se trouve dans les absides et le clocher: arcs aveugles et frises de dent de scie.

L'abside sud  a été reconstruite lors de la restauration des années 1970. L'original avait été démoli entre les S. XVIIe et XVIIIe siècles.

Dans l'église de Sant Joan de Boí ont été conservés des restes exceptionnels de peinture murale extérieure, nos pouvons actuellement voir une copie, les originaux sont au MNAC.

Situées sur la façade nord de l'église, autour de l'arc en plein cintre de la porte, les peintures représentaient une théophanie. Dans la partie centrale, nous pouvons voir une forme circulaire, soutenue par quatre anges, qui aurait contenu l'image d'un Chrisme. D'un côté de cette scène est représenté un saint avec un livre à la main, dans l'autre trois personnages qui contemplent la vision centrale. Una bordure  aux motifs géométriques encadre l'ensemble.

De chaque côté de la porte, sous les peintures murales, sont également conservés des graphites d'époque médiévale où se distinguent plusieurs scènes de caractère militaire, avec des tours, des personnages jouant des trompes  et des chevaux.

Regardons-la de l'intérieur

Sant Joan de Boí a les murs intérieurs sont crépis et peints, c'est ainsi  que devrait être la plupart des intérieurs des églises romanes de la Vall de Boí. Ces peintures sont une reproduction, les originaux sont au MNAC.

Il ressort des scènes conservées à Sant Joan de Boí que le programme iconographique des nefs de l'église était divisée en deux niveaux de représentation: les saints ou bienheureux qui occupent la plus grande partie des  murs et représentent l'univers céleste; et les animaux du bestiaire, créatures qui peuplent le monde terrestre, qui sont représentés dans des scènes significativement situées en dessous des précédentes, comme la partie inférieure des murs ou les intradoses des arcs. En fermant le répertoire, sur le mur occidental, il y aurait représenté le Jugement Dernier.

Les peintures murales des églises servaient à transmettre la morale chrétienne du moment par des exemples.

Quelques-unes des scènes les plus significatives:

La Lapidation de Saint Étienne:

Saint Étienne s'agenouille et lève les mains en priant, en haut est représentée la main de Dieu qui, avec un rayon de lumière illumine le saint tandis que trois personnages lui jettent des pierres. Les trois bourreaux sont dans des positions différentes pour simuler le mouvement: le dernier prend de l'élan, celui du milieu se prépare et le premier jette la pierre.

Cette scène représente la force du martyr, comme un exemple à suivre, les épreuves et les difficultés que doivent surmonter les bons fidèles.

Les ménestrels

Cette scène représentée sur le mur nord représente trois personnages masculins: un musicien jouant d'une harpe, un jongleur et un équilibriste avec la tête en bas qui semble vouloir attraper des épées avec sa bouche.

Ses vêtements correspondent à ceux des jongleurs de l'époque. Las trois figures sont vêtues de tuniques courtes et des pantalons patte d' éléphant  attachés avec des rubans croisés.

Cette scène est une représentation de la fête et de la célébration dans l'univers céleste, de la musique et de la joie dont sont participants los personnages sacrés, les bienheureux.

El bestiare:

Dans les intradoses des arcs et dans las parties basses des murs sont représentés quelques animaux du bestiaire: el lion, le dromadaire, le carcoliti, l'osne.

Les bestiaires médiévaux étaient les livres qui rassemblaient les animaux connus à l'époque, qu'ils soient réels ou fantastiques; ils avaient une fonction moralisatrice claire, les animaux étaient des personnifications de vices et de vertus. Dans certaines églises romanes ils utilisaient les images du bestiaire pour décorer les murs et transmettre aux los fidèles le caractère instructif des s animaux.

Le coq: dans le tympan de la porte nord se trouve la représentation d'un coq.

Le chant du coq a l´aurore nous avertit de le naissance d'un nouveau jour, un symbole de résurrection.

Le pécheur: Dans l'intrados de l'un des arcs apparaît une figure humaine portant une béquille sur la jambe gauche et se touchant le sexe.

Par sa situation ce personnage fait partie où sont représentées les créatures terrestres, et présente une claire fonction moralisatrice: son attitude obscène et ses problèmes physiques représentent ses défauts moraux.

Bête apocalyptique: sur le mur ouest de l'église se trouve le dragon aux sept têtes, la Bête apocalyptique, image qui faisait partie du Jugement Dernier qui devait occupait tout le mur occidental.

Le Jugement Dernier, avec la représentation de l'Enfer et du Paradis, agissait devant les fidèles comme un rappel de ce qui les attendait dans l'au-delà en fonction de leur comportement sur terre.

 

Chronologie

XIe siècle : Première période de construction

XIIe siècle : Réforme du clocher

XVIe - XIX siècles: Plusieurs réformes affectant l’aspect original

1920/1923 :  Premier arrachage de peintures

1976/1978 :  Deuxième arrachage et restauration

1977/1998 : Restauration et copie des peintures

 

Horaires: 

 

Ouverture: Tous les jours de l’année sauf  le 1er janvier, et le 25 décembre.

Horaire: De 10 à 14h et  16 à 19 h (juillet et aout jusqu'à 20h)

Les billets sont en vente uniquement en linge avec réservation!

Plan et plan en élévation